Le décès d’un proche est une rude épreuve. Hormis le deuil, la famille du défunt doit tenir le coup pour faire face aux obsèques. Celles-ci nécessitent une bonne organisation et un financement. Avec ou sans assurance funérailles, les proches du décédé doivent assurer le bon déroulement de l’événement : formalités administratives, cérémonie d’obsèques, etc.

La préparation des obsèques

Aussi inévitable qu’elle soit, l’annonce d’un décès à ses proches est douloureuse. L’étape nécessite du tact. Tout dépend du degré de proximité avec le défunt. Les conversations en face-à-face sont à privilégier pour l’entourage proche. S’il n’existe aucune possibilité outre l’annonce par téléphone, il faut s’assurer que la personne ne conduise une activité à risque. L’attente de la validation de la date et du lieu des funérailles s’avère judicieuse pour annoncer le décès à l’entourage élargi. Dans cette optique, vous pouvez publier un avis de décès dans le journal ou adresser des faire-part de décès par courrier. Pour plus d’informations sur l’organisation obsèques, entrez sur www.reverence-funeraire.fr.

Si la famille et les proches manquent de courage ou de disponibilité, ils peuvent confier l’organisation de l’événement à une agence de pompe funebre paris. Cette dernière doit bénéficier de l’agrément d’un opérateur funéraire. La famille a le choix entre la crémation et l’inhumation pour organiser le départ du corps dans l’au-delà. En tout cas, un délai de 24 heures à 6 jours (hors dimanche et jours fériés) entre le décès et les obsèques est imposé par la loi française. Les funérailles ont souvent lieu 3 à 4 jours après la mort du défunt. Ce laps de temps permet aux proches de réaliser les étapes obligatoires pour officialiser le départ à jamais de la personne décédée. La famille peut consulter l’entreprise de pompes funèbres afin de déterminer les démarches nécessaires. L’agence propose des services variés comme le transport du corps, du cercueil et des prestations optionnelles (cérémonie civile, recueillement, etc.). Avant de contacter le prestataire, listez vos besoins.

Les démarches administratives obligatoires

Dès lors la survenue de l’événement, la famille ou les proches du défunt doivent faire appel à un médecin pour constater le décès. Le professionnel délivre un certificat médical de décès pour confirmer l’incident. La demande d’acte de décès auprès de la mairie est la seconde étape obligatoire dans le cadre d’une organisation obseque. Si l’événement se déroule à l’hôpital ou en maison de retraite, il revient à l’établissement de fournir un certificat médical.

La famille du défunt doit solliciter l’acte de décès dans les 24 heures (hors jours fériés et dimanche) qui suivent l’incident. La requête nécessite la présentation du certificat médical, du livret de famille du décédé ainsi que des pièces d’identité du défunt et du déclarant. Moyennant un coût, certaines entreprises de pompes funèbres peuvent réaliser les démarches à la place des proches du décédé. Le coût varie selon les services demandés et les tarifs du prestataire.

Notez que l’acte de décès doit être fourni en plusieurs exemplaires. Ces derniers sont, en effet, exigés par différents organismes comme l’assureur en charge du contrat de prévoyance obsèques, le service des impôts, la banque, les mutuelles et la sécurité sociale.

Les détails de l’organisation

Le respect des volontés du défunt est un détail important durant les obsèques. L’interprétation des souhaits revient aux proches parents du décédé à défaut de document écrit. Durant 3 ou 4 jours entre le décès et les funérailles, la famille peut ordonner l’application des volontés en interface avec la société de pompes funèbres. Celle-ci prendra en charge le transfert du corps à l’hôpital ou dans une chambre funéraire administrée par l’entreprise de pompes funèbres ou l’agglomération.

Les proches, amis et connaissances du défunt peuvent le visiter au funérarium pendant un jour ou plus. En présence du corps du décédé, c’est dans ce lieu que se déroule le deuil jusqu’aux funérailles.

Durant le petit intervalle de temps, les proches du défunt doivent organiser les différents détails des funérailles avec un conseiller funéraire. Celui-ci est l’interlocuteur de la famille du décédé pour la planification des obsèques et la gestion des formalités administratives. Son habilité permet au service de pompes funèbres d’assurer plusieurs prestations, dont l’inhumation, la crémation, l’exhumation, le transport de corps, la gestion de chambre funéraire et la mise à disposition de personnel. Hormis les principaux services proposés par l’agence, l’équipe peut fournir des options supplémentaires comme la marbrerie pour pierre tombale, la réalisation des formalités administratives et l’aide psychologique.

Les proches du défunt sont libres de choisir leur entreprise de pompes funèbres. Malgré les émotions accompagnant l’épreuve, il convient de comparer les offres. Des tarificateurs en ligne permettent d’obtenir des estimations gratuites d’obsèques. Demander plusieurs devis est conseillé pour décrocher la meilleure formule. Ayez une idée précise des services sollicités avant de contacter la société funéraire. Le premier contact avec celle-ci est important, car cela permet d’avoir du recul sur la prise de décision. Si possible, faites-vous accompagner par un proche pour avoir un appui émotionnel. Apportez les documents nécessaires dès le premier rendez-vous avec le prestataire pour gagner du temps.

Les différentes possibilités

Choisir entre inhumation et crémation est une étape importante pour organiser les funérailles. Tout dépend de la dernière volonté du défunt et de la conviction religieuse. L’inhumation est la démarche la plus classique. Elle consiste en la mise en terre du corps du décédé. La pratique nécessite un coût supplémentaire relatif à la concession et la pierre tombale. La concession au cimetière est à demander auprès de l’agglomération par les proches ou l’entreprise de pompes funèbres. Elle peut être collective, individuelle ou familiale. Sa durée peut atteindre 100 ans (voire perpétuelle dans certains cas). Renseignez-vous auprès de votre commune afin de déterminer les différentes possibilités et les tarifs appliqués.

De plus en plus évoluée, la crémation est en vogue ces derniers temps. La France abrite désormais plus de 200 crématoriums. Le procédé consiste à brûler le corps du défunt disposé préalablement dans un cercueil spécifique. Certains crématoriums autorisent les familles à assister à la combustion. Les cendres résultant de la pratique peuvent être stockées au cimetière, dans un colombarium, conservées par les proches ou éparpillées dans la nature (cette dernière option doit respecter certaines clauses).