Ensemble d’actes et de paroles pour accompagner l’esprit du défunt durant la cérémonie d’inhumation, le rite funéraire varie suivant les origines et les croyances de chacun. Pays abritant une vaste catégorie de population, on peut retrouver une diversité de rites funéraires en France, quels sont-ils et comment se déroulent-ils ?

Rites chrétiens

Catholique, protestant ou orthodoxe, leurs rites funéraires sont marqués par un passage dans un lieu de culte (église et temple). Il n’y a pas de toilette rituelle précise, la thanatopraxie est acceptée, les obsèques avec inhumation sont préférées à la crémation.

Catholique : une veillée funèbre se déroule à la maison familiale. Une autre cérémonie est donnée au cimetière et une bénédiction accompagne la descente au caveau du cercueil.

Protestant : il n’y pas de veillée funèbre. Un pasteur peut conduire une oraison funèbre au crématorium ou au cimetière.

Orthodoxe : des bougies sont allumées durant la toilette mortuaire et l’habillage du corps, et une croix est mise entre ses mains et son corps est installé en direction de l’est.

Autres religions

Chez les musulmans et les juifs, le rite funéraire est marqué par une toilette rituelle, la crémation et la thanatopraxie sont interdites :

  • Pour les musulmans, seuls les hommes adultes sont autorisés à l’inhumation. Durant la toilette mortuaire, la tête du défunt doit être positionnée vers la Mecque, plusieurs lavages du corps s’ensuivent avant son enveloppement dans des tissus blancs.
  • Chez les juifs, la toilette ou Tahara est effectuée par un représentant de la confrérie du dernier devoir et s’accompagne de la récitation de psaumes, ensuite le corps est recouvert d’une étoffe blanche. Une veillée rassemble la famille. Un rabbin dirige la cérémonie funèbre avant inhumation. Avec de quitter le cimetière, l’assistance se lave les mains sans les essuyer et déchire un vêtement.

Chez les bouddhistes, la thanatopraxie est interdite. Pour les obsèques on a le choix entre une crémation ou une inhumation. Dans le derniers cas, le corps est placé sur le côté droit, main droite sur le menton et main gauche sur la cuisse gauche. Ensuite, le livre des Morts  Tibétains est lu auprès du défunt.

Rite funéraire laïque

C’est une cérémonie civile libre sans passage par un lieu de culte. Tout est focalisé sur le souvenir du défunt : des poèmes ou des musiques appréciés par le défunt sont diffusés et lus, les opérateurs des pompes funèbres en sont les maîtres de cérémonie.